Bienvenue chez les débiles !

Publié le par Fanny

Après Bienvenue chez les ch'tits, voilà un autre volet avec bienvenue chez les débiles ! Vous vous demandez peut être de qui je veux bien parler (faut dire qu'il y a tant de débiles autour de nous... ;-)). Si vous êtes malin (ou pas), vous avez peut être remarqué dans quelle catégorie est publié cet article. Sinon, c'est pas grave (on peut très bien s'en sortir dans la vie sans être malin... bon, je dis ça, mais j'ai pas testé moi, hein ! ;-)), bref, c'est pas grave, car je vais vous le dire, je vais parler de l'IUFM (sainte IUFM), et surtout, surtout, de ces formateurs...

Bref, au cours de cette année de préparation du Capes, nous avons eu la chance de faire un stage en collège, et, c'est là où arrive la chance, c'est que ce stage s'accompagne d'un petit tour à l'iufm.


Tout d'abord, les avantages :
- trois sites (si ce n'est pas plus !) pour l'IUFM à Bordeaux (ou proche banlieue), c'est sympa, ça fait voir du payer, découvrir des nouveaux coins !

- on a bien rigolé avec ces débiles, ça fait de bons souvenirs.

- le self de l'IUFM est sympa : joli, pas cher, pas trop dég (hum, le bon gâteau au chocolat que vous avez pas voulu prendre et que vous l'avez trop trop regretté... xD)

- dernier point qui va faire le lien avec la partie inconvénient : tous les nouveaux mots que l'on a pu apprendre durant cette courte immersion chez les débiles ! Impressionnant ! Car, il faut savoir que ces débiles, ils sont capables de sortir des phrases à ralonge avec un mot sur deux sorti de nulle part. Sauf que, sauf que...



Les inconvénients donc :
- Ces débiles, ils n'expliquent pas les nouveaux mots, alors, bon, nous, on a été sérieuses, on a pris des notes, avec les nouveaux mots (en fait, ne vous leurez pas mes amis, c'est pas pour le sérieux du truc, c'est juste que c'était quand même très marrant, et que j'avais déjà dans l'idée de vous le faire partager), mais ça fait qu'on n'a pas tout compris quand même. Le point positif et rassurant, c'est que même entre eux, ils leur arrivent de ne pas se comprendre, et de limite s'engueuler (c'est des débiles, je vous avais prévenu). Et là, on enchaîne sur le deuxième point (waow, trop la classe les liaisons quand même... ;-))...

- Ces débiles, ils passent leur temps à nous prendre pour des cons (désolée, il n'y a pas d'autres mots :-(), et ça, c'est pénible. Par exemple, ils savent très bien que leur discours est incompréhensible, beh nan, ces débiles, ils ne vont faire aucun effort pour expliquer d'éventuels mots compliqués ou pour se mettre à notre niveau. Peut être n'en ont-ils tout simplement pas les capacités ? N'est ce pas ? ;-)

- Evidement, aucun conseil pratique, que des discours futiles et creux. Et qui plus est, des discours en opposition avec ce qu'on a pu entendre de la part des professeurs ou principaux que nous avons pu rencontrer. C'est beau l'IUFM, c'est utile l'IUFM.

- En fait, on n'a perdu notre temps, et ce n'est pas fini, puisqu'on va encore y revenir une matinée. Je n'ose pas imaginé ce que ce sera une fois le Capes en poche... on les verra toutes les semaines, plusieurs fois par semaine... le drame, on ne va pas survivre...



Quelques mots sur les débiles, les formateurs IUFM...
Donc, ces personnes sont tout de même titulaire d'un doctorat en sciences de l'éducation... Waow, la classe... ou pas du tout dans notre cas ! En tout cas, ils le font bien savoir, et le rappellent autant que faire se peut (à croire qu'ils doutent eux même de leur prétendu titre... ) Pénible...
Pourtant, on apprend par exemple dans les livres de Jean-Paul Brighelli, que ces gens, sans diplôme à la base, incapables d'avoir quoi que ce soit (Capes, et je ne parle même pas de l'agreg, ce qui explique au passage leur haine envers les détenteurs de ces dits concours), ces gens se sont donc vus "offrir" des thèses toutes plus creuses les unes que les autres... Et oui, les sciences de l'éducation, c'est quoi ? Rien, du vent, de la fumée...
En tout cas, c'est clairement des gens qui n'ont jamais eu à gérer une classe. Très utiles pour former des peut être futurs profs...
C'est d'ailleurs hillarant de voir la manière dont ils ont tenté de gérer les mini crises qu'il y a pu y avoir (bavardages par exemple...). Ridicule...

Et ils sont malades aussi. Par exemple, il y en a une, elle passe son temps à fumer, cigarettes sur cigarettes, et cette débile, elle passe son temps à demander du feu (vous êtes pyromane madame ? xD), car elle n'a pas de briquet : elle n'a pas compris qu'il fallait un briquet pour allumer une cigarette... ah, quand on est débile... Et puis, elle accompagne ces cigarettes de café ; c'est impressionnant, je n'ai jamais vu quelqu'un boire autant de café, elle ne fait que ça. Il ne doit pas être beau son cerveau... en tout cas, ce qu'il en sort, ça c'est sûr, ce n'est pas beau. xD
Elle nous a fait une crise aussi. Alors qu'on lui demandait quand est-ce que l'on allait sortir, elle s'est énervée, croyant qu'on voulait prendre sa place (la folle ?!? elle croit quoi, qu'on veut être formateur ? tout sauf ça !). Et sinon, elle était triste, car on en formait pas un groupe, elle ne se sentait pas à l'aise...
Bidonant, je vous dis moi... Un cas psychiatrique quoi...



Bon, je vais m'arrêter là pour ce soir.
A venir le pot pourri des expressions les plus débiles des débiles !

Un exemple pour vous donner un petit aperçu :

La symbiose, c'est comme le centre de gravité, ça ne se voit pas.
Hum, c'est puissant ça comme phrase.
Enfin, pas tout à fait vrai, ce n'est pas pareil, le centre de gravité, ça se calcule ! Vive la physique (ou pas) !

Publié dans IUFM

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
tiens ça rappelle des souvenirs...
pas dans la même ville
mais pareil pourtant
Répondre